14/05/2006

..Une nouvelle génération pour changer le monde............

...La contestation étudiante s'intensifie en Allemagne.........;;; Les études payantes arrivent. Plus de 1000€ par an seront d'ici qqs. années la règle pour la pluspart des Universités d'outre-rhin. Après un mobilisation relativement forte l'été dernier, une deuxième vague de contestation semble vouloir s'abattre sur les politcemployeureuses du pays.......................................................Fin Avril 2006. Après que les gouvernements de droite en Bade-Wuerttemberg, Bavière et Basse-Saxe ont adopté l'augmentation des frais d'inscription de 500% - sans avoir tenu compte d'intenses manifestations à Stuttgart le 30.11. notamment - c'est au tour des jeunes de Nord- Rhin -Westphalie, de Sarre et de Hesse de gober le paquet. Mais dans l'ouest, la loi ne semble pas être plus populaire qu'ailleurs................................................... Occuper des rectorats - oh oui ! Depuis l'invasion du rectorat de Freiburg le 2. Mai 2005, cette forme de contestation semble être en vogue. Une année plus tard, presque 30 actions de la sorte se sont produites dans les 4 coins du pays, Bielefeld ayant tenu le coup pour plus d'un mois ! La semaine dernière ce fut au tour de Siegen, Duisburg, Bonn et Cologne de visiter leurs patriarches locaux et d'occuper les lieux sacrés du pouvoir. Certains présidents d'Universités semblent plutôt avoir entendu les actions comme des sacrilèges et ont demandé à la Police d'évacuer les lieux ........................................Le tout est reparti de petites Manifs en début de semestre (mi-Avril), auxquelles ont participé plusieurs milliers de jeunes, étudiant(e)s et écolier(e)s... Münster, Giessen, Cologne et Bochum ont progressivement intensifié leur mobilisation, ce qui à permi l'invasion des Senat à Bochum et Cologne, pendant la séance censée décider de l'application de la loi - au niveau des facs........ Des Manifestations plus petites ont eu lieu à Kiel, Bielefeld, Paderborn et Münster, début Mai. Depuis les occupations d'Univertés et de bâtiments administratifs à Cologne, Siegen et Duisburg la semaine dernière, l'appareil répressiv semble reserrer d'un cran... Duisburg à été évacué au bout de 24 heures et aussi l'évacuation de la fac de Bochum il y a 15 jours à coûté des bleus et des lacrymos... .........................Mais comme nous à montré le passé, ce n'est généralement pas la répression rapide (presque préventive/en début de mvt.) qui fait capituler, au contraire....................................Cette semaine, diverses actions ont eu lieu, notamment à Hambourg, où le ministère d'éducation régional à été envahi par des activistes avant hier. A Cologne, ce fût au tour de la centrale du parti ultra- libéral FDP d'être envahi, pendant qu'une AG exeptionelle réunissait plus de 6000 étudiant(e)s à Frankfurt. Par la suite, une manif sauvage s'est déroulée dans les rues de la capitale du Capital. Des voies de tram et nombereuses rues ont été bloquées, et des affrontements avec les forces de l'ordre étaient suivies de nombreuses arrestations....... Aujourd'hui c'était le tour de Fulda, Darmstadt et Marburg de se montrer. A Marburg les 5000 Manifestan(te)s ont choisi le périph et l'autoroute pour ensuite affronter les forces de l'ordre....................................................Le mois de Mai est lancé. La coordination nationale se tient à Frankfurt ce weekend et a débuté avec une soirée débat sur ... le mouvement anti-CPE/CNE en France (la même demèr de loi nous attend d'ailleurs) dans l'Institut autogéré de L'Université Goethe. Demain, qqs. actifs et actives de la fac UMB de Stras' viendront se joindre à nous d'ailleurs, histoire d'échanger nos experiences et peut-être coopérer plus intensément ds. le futur. D'ailleurs nous nous sommes invité(e)s pour venir à Montpellier le weekend prochain..................................... Il ne faut pas espérer un été chaud, il faudra le chauffer - ensemble !

21:28 Écrit par poscharleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.