...Itinéraire d’un trotskiste belge..........Sur les traces de la révolution...." /> Un appel de nos camarades italiens......" />

03/07/2006

l'Internationale pour les anges ............ Marcel Hendrickx ....

Les violons ont une âme : c’est une petite pièce de bois,collée dans le corps de l’instrument.

Même si les coups d’archet ont joué un grand et beau rôle dans la vie de Marcel –et donc aussi dans la nôtre – son âme à lui n’était pas en bois,loin s’en faut : elle était toute tissée de solidarité,d’enthousiasme et de combativité.

 

C’est sous ce triple signe que nous l’avons rencontré,dans les années 70,alors qu’il était engagé,syndicalement et politiquement,dans le grand combat contre les restructurations de l’industrie verrière.

 

C’était,en effet,l’époque de Glaverbel – où il travaillait - ,de la gauche syndicale,de la Ligue Révolutionnaire des Travailleurs.C’était l’époque où,comme l’a joliment dit l’un d’entre nous,le fond de l’air était rouge.

 

Marcel a été de toutes ces luttes,disponible,chaleureux,clairvoyant : nous tenions en lui un militant précieux et un ami fidèle,prompt à la mobilisation comme à la fête.

 

Quand sont arrivées les détestables années 80 puis 90,quand la bise de la réaction fut venue,il a continué,dans des conditions difficiles,à organiser les travailleurs sans emploi au sein du syndicat.

Cette âme exceptionnelle,ce legs immatériel mais immense,il nous incombe de nous le partager,pour que chacun et chacune en garde une parcelle,à enfouir au plus profond de soi,comme un ferment de ce que l’on pourrait nommer l’espérance.

 

C’est ton ultime don,cher Marcel,mais il sera durable.

 

Tu n’auras pas vu la société libre,égalitaire et joyeuse que tu appelais de tes vœux et postulais par tes actes ; tes enfants,tes petits-enfants la verront,la construiront peut-être un jour.

En attendant,nous te saluons,cher camarade,au nom du socialisme et du mouvement ouvrier qui peut s’enorgueillir d’avoir compté dans ses rangs un chouette type comme toi.

 

 

PS : N’oublie pas ton violon : tu joueras l’Internationale pour les anges.

       Ça les changera des cantiques.

 

 

                                                                                       Pierre Tréfois

                                                                                       22 juin 2006

11:45 Écrit par poscharleroi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.